Ouverture de l’exposition : La frontière [s’efface]

Une exposition photographique tirée sur papier Fine-Art et réalisée à l’occasion de la réunification de la Normandie.

Du 21 Janvier au 06 Mars 2016, à l’Abbaye aux Dames, Caen, puis du 16 Mars au 17 Avril 2016 à l’hôtel de région, Rouen, Normandie.
Entrée libre tous les jours de 14h à 18hla frontiere s'efface_invit_BD

Après une collaboration réussi avec le photographe Thierry Houyel sur l’exposition « Un pied à l’étrier », nous avons décidé de repartir ensemble sur les routes normandes. Le résultat de ce travail est présenté dans les prestigieux bâtiments de l’Abbaye aux Dames, à Caen, siège de la région Normandie.

Ces deux photographes, normands, ont arpenté les 160 km d’une frontière qui depuis soixante ans séparait les deux anciennes régions de Haute et de Basse-Normandie.

Le trait de frontière existe bien sur la carte, mais qu’en est-il sur le terrain ? Quel est le visage de cet espace frontalier ? Des marques tangibles de cette séparation existent : un panneau, une borne, un trait de peinture sur le bord de la route, la couleur du bitume. Mais le plus souvent, il faut l’imaginer pour lui donner corps, la regarder autrement…

Pour Thierry Houyel, la dualité normande n’a jamais été très claire, d’où le choix de situer la frontière entre le flou et le net. Un regard exacerbé par la mise en œuvre d’objectifs à bascule et à décentrement qu’il emploie habituellement en photographie d’architecture. Il peut alors placer son plan de netteté là où il entrevoit la réalité ou l’artifice de la séparation régionale, le flou vient conforter cette voie subjective. La frontière, c’est aussi la croisée des chemins. Quelques superpositions directement réalisées à la prise de vue nous montrent l’enchevêtrement inhabituel des lignes frontalières.

Avec le parti pris photographique de la nuit, Thomas Jouanneau situe la frontière entre la lumière et l’obscur. Il part explorer l’imaginaire mystérieux des confins, des limites, de ce qui nous sépare. Que voit-on, que ressent-on entre les deux Normandie lorsque seuls les éclairages publics, les enseignes, les phares des véhicules ou encore la lune attirent le regard ? Où sont les points de passage pour ce photographe presque clandestin qui nous plonge dans une réalité quasi anxiogène ?

À travers leurs regards affirmés et singuliers, les deux photographes donnent une âme à cette frontière. Ils montrent que l’identité régionale ne s’arrête pas aux seules limites administratives. Elle est aussi liée aux territoires, aux paysages… et donc un peu sentimentale.

Au bout du compte, la frontière en s’effaçant devient un trait d’union.
Comme un nouveau pont entre les Normands.

Téléchargez ici le dossier de presse La frontière s’efface

Publicités