• Couverture-seule-MSM
  • 02-Sénegal
  • Dans le quartier populaire de Bellevue à Redon (région Bretagne), une profonde mutation est en cours. Habitat 35, le bailleur social, en réalise la rénovation en concertation avec la Ville. Ici pas d’explosion spectaculaire des barres. Sur les neuf immeubles du quartier, 350 logements, trois vont être rasés et trois feront l’objet de rénovation lourde d'ici à 2015. L'un d'eux, le bâtiment A, l'un des plus anciens, construit dans les années 1960, n’est déjà plus qu’un tas de gravats. « Il a été déconstruit, explique le responsable de l'agence Habitat 35 de Redon, tous les matériaux qui peuvent être recyclés ont été triés ». Quand ils ne contenaient plus que du béton et du plâtre, une pelleteuse taille XXL  est venu grignoter les murs.  Mais avec la déconstruction d’une partie du quartier Bellevue, disparaîtra un morceau de l’histoire de nombreux habitants de la ville, certain partiront vivre ailleurs. À l’occasion de cette métamorphose importante, le centre social de la ville a voulu mettre en lumière la vie d’une population en mal de reconnaissance, en demandant à un dessinateur, Benoit Peyrucq et à un photographe, Thomas Jouanneau du collectif d’artistes « Le LaboMylette » d'aller à la rencontre des habitants  pour raconter la vie d’aujourd’hui, et conserver pour demain, la mémoire de ce quartier.
  • 14-Sahara-la-Tadrat
  • Chronique de la vie ordinaire (et extraordinaire) d’un bourg de Normandie. Notre époque est à un moment charnière, un de ces rares moments dans l’histoire de l’humanité où les choses, ne sont pas tout à fait finies, en même temps qu’elles ne sont pas non plus installées. Nous voici dans une basse époque où la société se désorganise en même temps qu ‘elle se réorganise. (Pascal Dibie, ethnologue, Le village métamorphosé.)  	Coudeville-sur-Mer est un petit village normand de la Manche qui compte 880 habitants. Installé récemment dans le bourg de la commune, je regarde vivre les habitants. Durant des siècles, le village était un petit monde, qui se suffisait à lui-même, l’identité de chacun se forgeait en fonction de l’appartenance à telle ou telle communauté, on y naissait, on y travaillait, on y dansait, on y mourrait. Mais aujourd’hui ? Face à la mondialisation des échanges, à la mobilité, à la ville qui lentement se rapproche, à l’arrivée de nouvelles populations au style de vie citadin, aux déménagements fréquents, le village se transforme…